Editions

Poursuite
Poursuite
Les Paragraphes Littéraires de Paris

poursuite en l'abîme océan ouvert / où une démesure ivresse prend l'être / à saisir la beauté / ô disparaître dans l'exprimé / de l'enfantement du vide réel / creux en mon corps vers le plein limon
Danse corps de danses
Danse corps de danses
supplément au n°267 de la Revue Indépendante

Le corps aux murmures de danses épouse / l’espace où se niche les os et la chair / Frange de vie qui tient le rythme / sur la courbure d’un silence de lampe / banc, blanc en attente du rêve / Dans ce rêve où habite la voix / le corps chante sur l’ombre croisée / se dénude et offre à l’enfance / l’image d’un visage délié de sa gangue
Nicolas Roerich
Nicolas Roerich
Pax Cultura

Nicolas Roerich (1874 -1947) fut peintre, archéologue, poète, philosophe et explorateur. Il réalisa les décors et costumes pour la création du ballet Le Sacre du printemps, en 1913. Après un séjour aux U.S.A. (1920-1923), il se rendit en Inde où il organisa une expédition archéologique et culturelle en Asie centrale (1925-1928). Il était accompagné de sa femme Elena, auteur de Fondations du Bouddhisme, et de son fils Georges, qui fut un éminent tibétologue. Nicolas Roerich fut l’inspirateur, en 1929, du pacte qui porte son nom, pour la sauvegarde des biens culturels en cas de conflits armés, et de la Bannière de la Paix qui devait être déployée sur les sites à sauvegarder. Ses peintures sont conservées dans divers musées à travers le monde ; et il écrivit de nombreux ouvrages tels Adamant, Altaï-Himalaya, Cœur de l’Asie ou Shambhala.
Pierre tressée
Pierre tressée
Editions L’Harmattan

Au cours de voyages, Didier Du Blé a eu un regard particulier sur les pierres, ici et là, et elles l'ont approché comme élément réellement vivant et parlant. Au bord de la mer, en montagne ou dans ces lieux où elles marquent une présence spirituelle. Il les a ressenties en lui ; il a ressenti leur vie intime. Elles étaient : présence. Ce recueil relate en fait ses expériences avec les pierres, et il faut le comprendre comme un cheminement intérieur. C'est un voyage. II y a aussi les visions sur les pierres, principalement sur les grands rochers où se produisent des métamorphoses, où la vie secrète de la forme apparaît. L'élément pierre lui a donc servi d'intermédiaire entre les forces de la nature et lui-même, et la pierre se place ici comme métaphore dans sa méditation et son vécu de l'instant. Chaque pierre est peut-être aussi un miroir où il regarde le monde et le cosmos. Où il regarde sa vie intérieure.
Signes du Voyage
Signes du Voyage
La Parole Miroir éditions

Ici, là, comme les feuillets d’un livre restent attachés au chemin signes qui suscitent des couleurs se heurtent à l’espace traversent le temps rebondissent sur des sonorités mille détours sur le seuil d’un espace ouvert avant de s’élancer peut-on savoir qui dirige quand on se met en route ?
Moments
Moments
L’Arbre de Mer éditions

Tel un ruban ocre / Le chemin court sur la colline / Je m’arrête, bois une gorgée d’eau - Une allée de marronniers défeuillés / Sous mes pieds le gravier crisse / Froidure de l’automne - La fenêtre est ouverte. C’est l’aurore / L’horizon se peint en rose et violet / J’écoute “ A hard day’s night ”
Brûler ses traces
Brûler ses traces
Editions Kirographaires

Son nouveau recueil est une réaction face aux événements tragiques pour lesquels l'auteur a voulu marquer avec des mots leur insoutenable réalité. De la Grèce des colonels à la place T'ien an Men, du Rwanda à l'Irak, du Chili de Pinochet ou Cambodge des Khmers rouges, de Sabra et Chatila à Srebrenica, des hommes ont montré qu'ils pouvaient être des bêtes immondes quand leurs instincts étaient laissés à la dérive d'assouvissements divers.
D'un instant à l'autre
D'un instant à l'autre
L'Harmattan

La vie est faite de rencontres, d’expériences, d’échanges. Nous nous rappelons toujours des moments qui nous ont les plus marqués, les plus enthousiasmés, ceux qui nous ont construits. Ces rencontres, expériences et échanges sont maintenant de multiples empreintes dans le corps et l’âme. Ils forment notre livre. Il y a les lieux : villes, maisons, places ou fontaines, cafés, bords de mer, rivières, fleuves, forêts ou déserts. Il y a l’arbre, le rocher, la fleur. Il y a les corps, les visages, les regards. Ils sont des paysages qui ont une importance pour l’auteur car ils ont été des moments avec des amis ou des moments de solitude. Ce recueil de Didier Du Blé est une suite de ces moments particuliers, des fenêtres sur les années passées dont sa mémoire conserve les images.